RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE Index du Forum

RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE
Réseau D’étude et d’enquêtes des Orbes, des Ovnis et d’Observation des phénomènes paranormaux & inconnus

  portal.php Portail   index.php Forum   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Esprits frappeurs : la clinique lapidée d'Arcachon par Claude Burkel

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE Index du Forum -> GROUPE PARANORMAL, SPIRITISME EXPERIMENTAL & PARAPSYCHOLOGIE DU R.D.O. -> PORTAIL DES DOSSIERS DU PARANORMAL ET DE LA PARAPSYCHOLOGIE -> LES MAISONS HANTEES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Adama RDO75
Administrateur, Président-fondateur du RDO
Administrateur, Président-fondateur du RDO

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2011
Messages: 23 552
Localisation: Île de France - Citoyen du monde

MessagePosté le: Jeu 5 Mar - 09:40 (2015)    Sujet du message: Esprits frappeurs : la clinique lapidée d'Arcachon par Claude Burkel Répondre en citant

 
 
 
 

LA CLINIQUE LAPIDEE D’ARCACHON 

C’est la qualité du principal témoin qui donne sa valeur et son originalité à la singulière histoire que je vais raconter, car j’ai vu la destruction de cette clinique. Le docteur A. Cuénot appartient à une illustre famille de biologistes. Il a l’esprit scientifique en même temps qu’ouvert. Il a écrit un livre, Les Certitudes irrationnelles (éditions Planète), qui est un modèle à la fois de rigueur intellectuelle et de large de vues. Dans la préface, Aimé Michel fait remarquer très justement : « Il n’existe pas encore pas encore de science de l’homme total. Nous ne savons même pas s’il existe un homme total. Entre toutes les hypothèses possibles sur notre avenir, la moins folle et la plus invraisemblable est que cet avenir est illimité et que nous n’avons qu’à peine commencé notre propre exploration. Les extraordinaires réussites du génie humain auxquelles nous assistons présentement nous donnent de nous-mêmes l’image d’un enfant qui vient de découvrir un jouet neuf. L’histoire qui suit montre que les pouvoirs de l’homme total nous sont encore largement inconnus.

Le lieu : une clinique orthopédique à Arcachon. Cette clinique est dirigée par le docteur Cuénot, depuis 25 ans Elle est spécialisée dans le traitement des tuberculoses osseuses.
L’époque : de mai à septembre 1963.

Les phénomènes : un bombardement de la clinique par des cailloux, des moellons, des fragments de briques, objets dont l’origine n’a pas pu être déterminée, ce qui est assez surprenant.  Plus de trois cent de ces objets sont arrivés à toute heure du jour et à la nuit tombée de la nuit. Les malades, allongés sur leurs lits, semblaient particulièrement visés. Le phénomène était lié à la présence d’une jeune fille de 17 ans, qui sera dans le récit appelée Jacqueline. Elle-même fut largement lapidée. Sur le plan psychologique et social, il faut signaler que le phénomène fut précédé par l’annonce, le 19 avril 1963, de la vente de la clinique, qui devait fermer le 30 septembre suivant.

C’est cette annonce qui paraît avoir déclenché des réactions chez…  on ne sait pas qui. Parler de l’ «  inconscient collectif » des malades de la clinique, c’est parler de la vertu dormitive de l’opium. Ce sont des mots, et rien de plus. Les jets de pierre visèrent d’abord une jeune femme, que l’on appellera Angélina.
Après son départ de la clinique, et l’arrivée le 16 juin de Jacqueline, les phénomènes s’accentuèrent. Les indications données par le docteur Cuénot dans son livre déjà cité et dans des publications, notamment la Revue métapsychique, permettent de faire une analyse. Le plus souvent, les pierres tombaient verticalement. Les arrivées obliques furent rares.

Elles traversaient le feuillage des trois platanes du parc de la clinique. Elles avaient une vitesse très faible par rapport à la vitesse qu’elles auraient dû avoir si elles tombaient de cette hauteur. Le maximum de projections par jour fut de 48. La police local, après plainte le 28 août, paraît avoir considéré le docteur Cuénot comme fou, ce qui contraste profondément avec l’attitude ouverte de la police allemande dans l’affaire de Rosenheim, évoqué dans un autre article. L’institut métapsychique par contre envoya pour enquête le professeur Tocquet, dont la contribution est fort intéressante. Aucune fraude ne semble devoir eu une participation quelconque à cette histoire. L’opinion générale à la clinique fut qu’il s’agissait d’une bande de farceurs dont on n’a jamais su qui ils étaient ni comment ils arrivaient à entrer à la clinique et à en sortir.

A partir du 1 er septembre 1963, les jets de pierre cessent. Ils sont suivis d’autres phénomènes, et notamment de coups frappés dans des portes ou contre des portes. Celles-ci se mettent à s’ouvrir spontanément. Le 4 septembre, on met  des verrous, puis tout s’arrête. Il n’y a évidemment aucune explication définitive.
Le docteur Cuénot, avec une grande bonne foi, évoque l’hypothèse rationnelle d’un maniaque armé d’une catapulte, et qui aurait tiré à distance. On n’a jamais retrouvé un tel maniaque, et aucune autre maison à Arcachon n’a reçu de pierres. Personnellement, je ne crois absolument pas cette hypothèse. Pas plus à celle d’une farce organisée par des malades : ceux-ci en étaient venus à se surveiller eux-mêmes et une farce aurait été démasquée. Il faut donc penser à l’hypothèse paranormale ; celle-ci rebute, par son côté fantastique. Les divers cailloux, moellons et briques ne paraissent pas provenir des bâtiments de la clinique pourtant vétuste, mais d’une autre source.

En supposant  que cette source : mettons un chantier, se trouve à un kilomètre, on en arrive à l’idée de fragments de brique s’élevant dans l’espace, se promenant dans les airs à une vitesse relativement faible, puis arrivant à la clinique. Tout cela exige un travail d’imaginer que le système nerveux d’un ou plusieurs malades ait pu fournir cette énergie sans catastrophe pour le malade.

S’il s’agit d’un phénomène paranormal, celui-ci utilise une énergie présente dans la nature, mais dont pour le moment nous n’avons pas d’idée. Dans l’un des cas, au mois d’août, un malade, agent de police à Paris, et donc, en principe, témoin qualifié et bon observateur, a vu partir l’un des cailloux. Celui-ci sortait d’une chambre ! D’une chambre d’un bâtiment désaffecté de la clinique au 2° étage.

Immédiatement, on se précipita : la chambre était vide et sa porte fermée à clef. Autre incident curieux : un des malades étant abondamment arrosé se mit à hurler : «  Assez, est-ce que cet imbécile va s’arrêter ? » Et le phénomène s’arrêta… pour reprendre une demi-heure après, mais plus timidement. A croire que le phénomène de ce genre sont trop fréquents pour qu’on puisse les attribuer tous à des farceurs ou à des fous. Il y a certes un cas à Bordeaux où l’on a arrêté un jeune fou qui, avec un lance-pierres, arrosait tout un quartier. Il y a également de nombreux cas de fous tireurs dont certains ont été arrêtés. Mais dans une très grande majorité de cas, les jets de pierres, et quelquefois de blocs de glace, n’ont pas, pour le moment, d’explication scientifique.

On ne peut pas bien entendu  parler d’hallucination, collectives ou non, puisque les cailloux restent après les phénomènes. Le docteur Cuénot fait une analyse psychologique de Jacqueline, analyse fort intéressante, mais qui ne relève rien de spécialement anormal. La jeune fille ne paraît pas terrorisée, et elle trouve même assez drôle le centre d’un phénomène qu’aucun adulte ne peut expliquer. Elle n’a pas à se venger de ce qui que ce soit, et, au fond, rien ne prouve qu’elle a un rapport quelconque, paranormal ou pas, avec le phénomène. La clinique par elle-même est assez vétuste, mais sans aucune légende paranormale ou surnaturelle.
Alors , ?...

Alors, comme dans le cas de Rosenheim, nous nous trouvons en présence d’une force non connue de la science et qui paraît présenter avec les phénomènes scientifiques une différence essentielle : une manifestation de conscience. Cette force s’attache à un être particulier, Angélina d’abord, Jacqueline ensuite dans le cas de la clinique ; cette force a l’air d’être sensible aux réactions humaines et elle ne se manifeste plus lorsque le sujet humain part. Puis elle s’attache à un autre sujet. Un animal se comporterait ainsi, un oiseau par exemple. Sauf qu’on ne connaît  pas de cas de comportement de ce genre de la part d’oiseaux. On en connaît qui volent des objets brillants, comme les pies, mais pas des oiseaux qui persécutent quelqu’un. Un oiseau aurait d’ailleurs été vu.
Y a-t-il autour de nous des oiseaux invisibles, des « choses damnées » comme le disait Ambrose Bierce ? L’hypothèse est inquiétante, mais sans le moindre élément de preuve. En 1969, à Carcassonne, une victime de jet de pierre est venue avec un sac de farine et un appareil photo.

 A u moment des jets de pierres, ce personnage lança son sac de farine en l’air. Il prit une photo, qui fut publiée dans « France-Soir », et qui montre une espèce de forme. Ce n’est pas très convaincant. On peut admettre que la photo a été produite parce que la farine s’est fixée sur un objet invisible. On peut également admettre que c’est une supercherie. Finalement, j’exigerais beaucoup plus de preuves avant de croire à la réalité d’un nouveau règne animal invisible.


Les esprits lance-pierres seraient des fantômes, non des fantômes de personnes, mais des fantômes de complexes.
Autrement dit, il y aurait des complexés tellement tordus que leurs complexes restent après leur mort comme un nœud dans l’espace-temps… Le physicien américain George O. Smith, inventeur de la fusée de proximité et auteur de science-fiction, a émis l’hypothèse que les esprits frappeurs sont produits par des forces naturelles qui d’habitude se neutralisent complètement dans l’espace. Les courants électriques du cerveau, selon Smith, rompraient cet équilibre et produiraient des mouvements tourbillonnaires que l’on apprendra un jour à diriger mai qui, pour le moment, son contrôlés uniquement par des impulsions inconscientes.

Cela peut paraître suffisamment plausible  pour justifier une recherche ultérieure. Il faut espérer que cette recherche nous apportera la clef de l’énigme des esprits frappeurs et lanceurs de pierres, et qui sait ? Peut-être de l’antigravitation

En tout cas a la suite de tout cela la clinique d’Arcachon a été détruite.

Réf. :   Mes recherches personnelle.

                               Courton-le-Bas    le 21 novembre 2013
                                                                Claude BURKEL
                                                                                  
_________________
Croire tout découvert est une erreur profonde; C'est prendre l'horizon pour les bornes du monde. Camille Flammarion


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 5 Mar - 09:40 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Adama RDO75
Administrateur, Président-fondateur du RDO
Administrateur, Président-fondateur du RDO

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2011
Messages: 23 552
Localisation: Île de France - Citoyen du monde

MessagePosté le: Jeu 5 Mar - 09:42 (2015)    Sujet du message: Esprits frappeurs : la clinique lapidée d'Arcachon par Claude Burkel Répondre en citant

 En complément de cet article et des réflexions riches de Claude Burkel sur ce dossier, un petit article sur le même sujet sur notre site Web :

http://www.orbsresearchnetwork.fr/les-archives-du-rdo/1963-la-clinique-hant…


Merci encore à Claude de nous gratifier de ces propres recherches sur le cas de cette clinique ayant subie ces agressions de pierres calorifiques venues de nulle part.

Fraternellement
l
_________________
Croire tout découvert est une erreur profonde; C'est prendre l'horizon pour les bornes du monde. Camille Flammarion


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jacksframboise
TEMOINS D'ORBES ET DE PHENOMENES CONNEXES
TEMOINS D'ORBES ET DE PHENOMENES CONNEXES

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2011
Messages: 11 568
Localisation: rhone

MessagePosté le: Jeu 5 Mar - 10:52 (2015)    Sujet du message: Esprits frappeurs : la clinique lapidée d'Arcachon par Claude Burkel Répondre en citant

 je trouve plausible l'hypothèse de Georges O Smith, les courants électriques du cerveau)
_________________
nous ne connaissons du monde,que "l'idée"
qu'en forme notre conscience.
Emmanuel Kant


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:30 (2017)    Sujet du message: Esprits frappeurs : la clinique lapidée d'Arcachon par Claude Burkel

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE Index du Forum -> GROUPE PARANORMAL, SPIRITISME EXPERIMENTAL & PARAPSYCHOLOGIE DU R.D.O. -> PORTAIL DES DOSSIERS DU PARANORMAL ET DE LA PARAPSYCHOLOGIE -> LES MAISONS HANTEES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com