RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE Index du Forum

RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE
Réseau D’étude et d’enquêtes des Orbes, des Ovnis et d’Observation des phénomènes paranormaux & inconnus

  portal.php Portail   index.php Forum   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES MUTILIATIONS ANIMALES

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RESEAU NATIONAL DES ORBES - CONTACTS TEMOINS & ENQUÊTEURS - ORBES - PARANORMAL - UFOLOGIE Index du Forum -> GROUPE UFOLOGIE DU R.D.O. -> PORTAIL DES CAS HISTORIQUES D'OVNI ET DES OVNIs EN DEBAT -> LE DOSSIER DES MUTILATIONS ANIMALES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Adama RDO75
Administrateur, Président-fondateur du RDO
Administrateur, Président-fondateur du RDO

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2011
Messages: 23 947
Localisation: Île de France - Citoyen du monde

MessagePosté le: Mar 16 Déc - 13:55 (2014)    Sujet du message: LES MUTILIATIONS ANIMALES Répondre en citant

 
Le phénomène des mutilations d'animaux a été reconnu dès les années 50, mais il fut réellement étudié vers 1973, tout particulièrement en Amérique du Nord. Jean Sider a recensé que sur les 700 cas répertoriés, 95 % étaient des bovidés. Bien que cette vague de mutilations ait un peu ralenti en 1986, les chercheurs américains intéréssés par cette affaire ont estimé qu'il s'est produit plus de 10 000 cas entre 1973 et 1985. Notons aussi qu'une même vague de mutilations se produisit au Canada en mai 1979. Les 2 provinces plus particulièrement touchées furent l'Alberta et le Saskatchewan. Après des enquêtes sérieuses, il s'avère que ces méfaits ne sont pas dus à un prédateur ou à des fanatiques. Les plaies sont faites avec un instrument qui ressemblerait à un laser chirurgical et la mutilation de l'organe est si bien faite qu'elle ne peut avoir été accomplie que par un expert en la matière.  
Selon les statistiques relevées par Jean Sider, il apparaît que les prélèvements les plus importants sont ceux des organes sexuels, puis viennent les mamelles ou pis et enfin le coeur. ” Selon une étude remarquable faite par 2 experts en animaux prédateurs, financée par le Texas Agricultural Extension Service, le Texas Agricultural Experiment Station et le Texas A. & M. University System, sous les auspices de l'United States Fish and Wildlife Service, le comportement de ces animaux peut se résumer comme suit :  
1) Il n'existe aucun animal prédateur au monde ayant la capacité de faire des lésions aussi rectilignes ni aussi lisses que celles pouvant être réalisées avec un instrument tranchant très affûté tel que : couteau, ciseaux, scalpel, rasoir, etc. Les animaux prédateurs n'ont ni les moyens physiques, ni l'intelligence pour agir de cette manière. 
2) Quand un animal prédateur ou nécrophage se nourrit sur une carcasse de gros mammifère mort de maladie ou tué de main humaine, il commence par déchirer l'abdomen pour avoir accès aux viscères, en particulier les viscères digestifs, puis entame les masses musculaires. Il n'a aucune attraction particulière pour les organes sexuels, la zone rectale, les oreilles, les babines, tout comme il n'a pas l'habitude de découper ses sections précises de peau et de négliger la bonne chair se trouvant en dessous. Bien au contraire, il délaisse cette peau pour dévorer la chair qui est bien plus tendre et plus nutritive. C'est une règle générale, qui comporte des exceptions selon les circonstances dans lesquelles la victime a perdu la vie en fonction de la densité et du type de nécrophages vivants dans la région concernée “.
De nombreuses carcasses ont été retrouvées loin de leur lieu habituel et, après leur mort, les animaux ont souvent subi un écrasement impliquant qu'ils auraient pu être précipités au sol d'une certaine hauteur. 
Pendant les vagues de mutilation, des témoins ont observé, dans les alentours, des lumières de phare ou des formes d'hélicoptères silencieux. Comme on n'a jamais trouvé aucun coupable, on a attribué ces horreurs aux ovnis, ce qui n'est pas invraisemblable puisque l'on a repéré des traces d'atterissage. Il y a, par exemple, le cas d'une vache mutilée près de laquelle on a découvert 4 cercles marqués sur le sol, placés en un carré parfait. Chaque cercle faisant 3 pouces et demi de diamètre. On a également enregistré un taux anormalement élevé de radiation. 
Ce phénomène est donc bien matériel et ces entités ne semblent pas être que des monstres primitifs. La preuve en est que les animaux sont emportés dans les airs pour être mutilés et, que lors des mutilations, des ovnis, mais aussi des hélicoptères, ont été observés. D'autre part, ” dans le comté de Lincoln, Colorado, un sac chirurgical a été trouvé à environ un mile d'un site ou une mutilation avait eu lieu. Dans le sac, il y avait la langue, l'oreille, le rectum et le scrotum d'un bovin. Apparemment, le sac avait été largué d'une certaine hauteur “. 
Ces mutilations paraissent, dans leur ensemble, être le fait d'êtres ou d'entités bien loin de se ressembler à l'image du terrible vampire des Carpates. Il pourrait s'agir de la partie la plus avancée de ceux qui demeurent dans notre sous-sol ! Voici peut-être une preuve de la relation entre ces entités et certains ovnis. Timothy Good a rapporté dans son livre l'histoire suivante : 
” En 1969, Wendelle Stevens livra un avion de transport C-54 à un client, Oscar Bowles, un riche homme d'affaire bolivien, avec lequel Stevens avait déjà traité dans le passé. Le ranch des Bowles se situait à Santa Rosa, ou il possédait une usine de traitement des viandes. Au-dessus de sa propriété, à l'ouest, vivait un berger que Bowles connaissait bien. D'après ce dernier, le berger et 2 Indiens qu'il employait étaient en train de surveiller leur troupeau quand un disque silencieux apparut dans le ciel, avant de décrire une large courbe et de s'arrêter à 15 mètres au-dessus d'eux. Des éclairs de lumière blanche jaillirent sous la soucoupe, frappant les moutons. 30 d'entre eux s'écroulèrent “. 
Selon le récit qu'en fit Stevens, le berger couru après l'ovni duquel s'échappa un rayon de lumière violette qui le paralysa, lui et ses 2 employés ainsi que le troupeau de moutons. La soucoupe descendit et 2 êtres semblables à des hommes en sortirent. Ils étaient vêtus d'une combinaison blanche, ajustée, et d'un casque sombre et transparent, un peu comme des décontamminateurs. Ils avaient un extincteur argenté dans une main ainsi qu'une canule noire qui s'y rattachait par un tuyau blanc dans l'autre. Les 2 êtres placèrent la canule de l'extincteur sur chacun des moutons, puis le travail terminé retournèrent dans leur vaisseau. Une fois celui-ci disparu dans l'espace, les bergers retrouvèrent leur liberté de mouvement et constatèrent stupéfiés que les 34 moutons étaient morts, saignés à blanc. 
Cette expérience n'est pas faite pour nous rassurer, mais là encore, il ne fut fait aucun mal aux humains. Nous avons remarqué que le sang était la matière recherchée or, sur 700 cas dûment répertoriés, 70 avaient été complètement ponctionnés et ce détail est de la plus grande importance pour ce qui va suivre. Cette affaire a fait grand bruit aux USA, mais il se pourrait bien que le phénomène se soit déjà passé en Angleterre et en France. En 1976, la radio annonçait fréquemment la mort mystérieuse d'animaux de ferme. Cela se passait dans les Vosges et l'on attribuait ces méfaits à une bête féroce échappée d'un cirque. Bête qui, bien sûr, ne fut jamais retrouvée ! C'est le même scénario que pour la bête du Gevaudan, qui n'a probablement jamais été découverte et encore moins tuée ! 
Le 30 juillet 1980, à Bresse, 4 moutons sont trouvés morts. Tout s'était déroulé dans le plus grand silence et le gros chien du propriétaire n'avait même pas bronché. Un mois plus tard, à Chaloux (près de Bresse), M. et Mme Arnould découvrent 9 bêtes sur 30, gisant exsangues. Le matin du 24 septembre on découvre de nouveau 4 moutons morts et 3 autres à l'agonie. Le 5 octobre, nouvelle hécatombe de 21 brebis. 
Après enquête, le dossier de la bête mystérieuse des Vosges a été déposé sur le bureau du procureur de la République d'Epinal. De temps en temps il se produit une nouvelle hécatombe. On accuse alors les loups, bien que les corps soient intacts mais vidés de leur sang ; puis on classe le dossier. C'est tellement plus facile de fermer les yeux et de nier ! Concluons ce qui est dit sur les Chupacabras en relevant que la seule chose dont on soit sûr c'est qu'ils se nourrissent de sang ou de la vitalité qu'il contient. Nous les trouvons donc souvent aux abords des fermes d'élevages. L'un d'eux fut un jour blessé par un gendarme ce qui permit de faire une analyse de son sang. La surprise fut immense lorsqu'après l'analyse, on constata que le liquide avait une forte composante de chlorophylle. Or la chlorophylle est dans le règne végétal, l'élément récepteur de l'énergie pranique (issue du soleil) au même titre que le sang pour un animal. Cette observation nous amène à conclure, pour le moment du moins, que ces entités se situent dans l'échelle de l'évolution au point médian entre les règnes végétal et animal. Voilà qui est intéressant puisque l'analyse de certains corps d'extraterrestres aurait révélé un liquide sanguin ayant les mêmes composants ! Admettons comme hypothèse de travail que nous ayons à faire à une nouvelle génération d'entités en train de naître sur Terre à cause de le venue du septième rayon. Il convient de remarquer que rien ne prouve que les ovnis, les sphères lumineuses que l'on voit flotter près du sol soient des engins de l'espace. Comme nous l'avons déjà dit, ils peuvent tout aussi bien venir du sous-sol ! Je pense que l'anecdote suivante est à mettre au compte des erreurs d'interprétations. 
Le 20/01/1996 à Varginha au Brésil, plusieurs personnes ont observé vers 1 h du matin un sphère lumineuse qui semblait en difficulté. Tôt le matin, la police enregistra plusieurs plaintes à propos d'une étrange créature. Vers 10 h 30 les pompiers de la ville furent appelés, et lorsqu'ils arrivèrent sur les lieux de l'observation de la créature, la police était déjà présente. Pompiers et policiers décidèrent par conséquent d'unir leur effort pour la retrouver. Lorsqu'ils la localisèrent, celle-ci était recroquevillée sur elle-même et ne bougeait plus. Selon un témoin, elle n'eut aucune réaction au moment de sa capture. Elle semblait souffrir avouera même un pompier ! 11 témoins la définissent de manière identique ; un cou gracile, des membres très fins, la peau brune et luisante. Elle a des yeux ronds sans pupilles, avec 3 proéminences sur la tête qui est anormalement grosse. Transportée à l'hôpital elle serait morte dès son arrivée, pour être finalement emmenée à la base militaire. 
Une semaine après cet événement, l'un des militaires qui avit approché et peut être touché l'entité, un certain Marcos Eli Cherese, mourut mystérieusement. Les médecins conseillèrent à la famille d'enterrer le corps rapidement affirmant qu'une autopsie n'était nullement nécessaire. Or la soeur de Marcos finit par découvrir une feuille de compte rendu médical sur laquelle il était écrit que son frère avait subi un test sanguin qui montrait 8 % d'une substance inconnue. Une autre mort étrange survint dans le même quartier de la ville ou 5 animaux d'un zoo moururent sans cause connue. C'était pour Leila Cabral, biologiste dans ce zoo, un phénomène anormal qui ne s'était jamais produit auparavant. Or, le plus troublant, c'est qu'une autre créature avait été observée près du zoo. Le Major Calza responsable de la base militaire entérina l'affaire en parlant de l'accouchement d'une naine dont le mari avait une apparence étrange ! 
Personne ne fut dupé par ce mensonge stupide. 
A quel genre de créature avons-nous à faire ? Tout laisse penser qu'il s'agit de ces fameux Chupacabras. Le mystère reste entier… Pour finir détail intriguant sur les photos ci-dessous du dieu de la mort sur son siège de pierre (codex de Dresle) dans la mythologie maya et le dessin d'un Chupacabra, c'est la ressemblance…